mercredi

Pirouette, triple loots....

Depuis que j'ai combattu vaillamment ma trouille de voyager à bord d'un engin volant que je ne pilote même pas, je me sens prise d'une nouvelle passion pour un tas d'activités inédites pour moi jusque là.

Quit à passer le cap des trente ans, autant le faire en sprintant sur la dernière ligne droite et en décrochant un tas de petites victoires personnelles…


Je fais juste une parenthèse pour dire que parfois the Fringe, c'est vraiment dégueu. Je viens de voir une chose gluante qui ressemblerait vaguement à un être vivant naître sur une table d'autopsie sous les yeux émerveillés mais un tout petit peu flippés de la blonde et de l'ex-beau gosse de Dawson - personnages qui pourtant sont vachement habitués à ce genre de rencontres improbables…

Ca m'apprendra à raconter ma vie en laissant la télé allumée…


Fin de la parenthèse.

Vendredi dernier, j'étais donc à la patinoire Pailleron pour la soirée ON ICE.

C'était la toute première soirée de la deuxième saison qui semble avoir remporté un franc succès auprès d

es pros de la glisse, des amateurs de concerts live dans des endroits insolites et peut-être même des êtres surhu

mains appartenant aux deux camps…

Perso, ce n'est pas mon cas.

Peinant déjà grandement à chaque fois que je chausse des rollers, j'appréhendais de me voir avec des patins et je craignais encore davantage de me retrouver le cul par terre au beau milieu de dizaines de gens, sans pour autant parvenir à me relever… On traine tous un tas d'angoisse. Le ridicule est certainement celle la plus prononcée chez moi…





Compte rendu de la soirée :


- 2 heures de tour de patinoire. J'ai pensé un moment à aller dans le sens inverse de tout le monde, histoire de rompre la monotonie… Cela dit, c'est difficile de vraiment s'ennuyer puisque, en plus de veiller à ne pas s'emmêler les patins, il faut sortir ses rétro et anticiper les jeunes kékés qui pensent être à une compét' de vitesse/slalom/freestyle.


- Un concert live rockabilly des Cavaliers aussi improbable dans une patinoire qu'enthousiasmant. Bon forcément, danser le rock sur la glace quand tu sais à peine mettre un pied devant l'autre c'est compliqué… Mais j'ai bon espoir de m'améliorer avec le temps et de faire d'autres mouvements que ceux d'agiter les bras dans tous les sens en hurlant que je ne sais pas freiner…


- Pas une chute. Oui, vous avez bien lu. Le fait d'être restée cramponnée à la rambarde au moins un bon tiers de la soirée a certainement aidé. J'ai aussi trouvé très utile d'agripper le bras du jeune homme avec lequel j'ai discuté une partie de la soirée et qui a fini par disparaître pendant que je faisais une pause twix…


- Beaucoup trop de gros mots. Forcément avec les kékés qui font du rase-motte parmi les patineurs… D'autant plus qu'en général j'en dis déjà bien assez.


- Pas une goutte d'alcool. Ben oui hein, on est dans un complexe sportif ma p'tite dame. On n'mange pas de ce pain là chez les sportifs aguéris… A peine quelques canettes de Redbull Light pour se donner du courage.


On a fini par partir à la recherche d'un bar sympa pour étancher notre soif et terminer la soirée tranquillement.


Voilà. Une nouvelle croix sur ma to-do liste. Rien à voir avec courir le marathon de New York ou manger des scorpions grillés au feu de bois. Je me les réserve pour la liste des 30-40 ans… voire plutôt 40-50 ans…

Paraît qu'on sera en pleine forme quand on sera quinquagénaire. Y en a même qui se mette à rêver qu'on bossera dans la joie et la bonne humeur jusqu'à 75 ans...



2 commentaires:

Poupine a dit…

moi, je demande des détails sur le jeunes qui s'est échappé pendant ta pause twix!

Miss Bazar a dit…

Lui bien, Lui Bien ! Le retour !
Je l'ai croisé par hasard, c'est fou non ?